A Paris, Toulouse ou Montpellier, plusieurs projets ont été lancés ou sont sur le point de l’être pour tester les fonctionnalités et les usages du robot livreur TwinswHeel, conçu et développé en fonds propres par les frères jumeaux Benjamin et Vincent Talon (d’où le jeu de mots sur Twin et Heel). L’un des 16 projets EVRA (Expérimentation du Véhicule routier Autonome) soutenus financièrement par l’Etat prévoit ainsi la mise en service dès cet été à Montpellier de deux de ces « droïdes logistiques » (qui seront accompagnés par une personne dans le cadre de l’expérimentation) pour tester la livraison BtoB de produits locaux vers les commerces et restaurants du centre-ville (en partenariat avec Stef), soit des colis vers les commerçants (avec La Poste). Le projet va s’étaler sur 36 mois, avec trois phases de validation (celle du superviseur dans un contexte « haute vitesse », celle du comportement du système vis-à-vis de l’environnement de circulation, et enfin celle des usages). Depuis le mois dernier, ce robot autonome doté de deux grosses roues et d’un casier central de 40 litres est également testé à Paris, dans un Franprix du XIIIème arrondissement, dans le cadre d’une des 15 expérimentations “Quartier d’Innovation Urbaine” retenues en 2018 par Urban Lab, le laboratoire d’expérimentation urbaine de l’agence Paris&Co. Il sert à porter les courses des personnes âgées ou handicapées en les suivant dans les rayons et en les accompagnant jusqu’à leur domicile. Dans un premier temps, il sera utilisé quelques jours par mois, puis pendant plusieurs semaines d’affilée cet été, et devrait à l’automne être proposé à demeure dans le magasin, jusqu’à la fin de l’année. Une autre expérimentation récente de TwinswHeel est en cours depuis début mars à Toulouse, pour transporter la caisse à outils et les matériels nécessaires aux interventions des techniciens du gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis. « Nous avons une vingtaine de robots qui circulent actuellement en France, mais aussi en Belgique, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Corée et au Japon » nous a confié Vincent Talon, dirigeant de l’entreprise Andarta Robotics qui fournit le système de navigation autonome, la partie mécanique étant construite par la PME Soben (trains d’atterissage et amortisseurs) présidée par son frère Benjamin. Certains de ces robots, dont le prix se situe entre 40 000 et 100 000 €, sont testés dans les ateliers industriels (comme chez Renault, Siemens ou la SNCF) et même en entrepôt logistique (chez Cdiscount).

lien article