La 5G devrait commencer à être déployée en France le 20 novembre. Au moins plusieurs dizaines de startups françaises l’attendent pour améliorer ou rendre plus sûr leur produit.

La 5G, une « assurance supplémentaire »

« Changer de braquet » grâce à la 5G, c’est aussi l’ambition de TwinswHeel. Pour le moment, ses robots de logistique sont commercialisés pour être utilisés dans des sites fermés en complément d’un travailleur ou de manière autonome. Mais la 5G doit permettre à TwinswHeel, qui fait travailler 12 personnes à Cahors, dans le Lot, d’accélérer sur un relais majeur de croissance, la livraison en ville. « Lorsque l’intelligence artificielle anticipe une éventuelle collision, il faut que quelqu’un puisse reprendre la main sur le robot. Cela implique d’avoir la bande passante la plus large possible pour remonter les flux des caméras et des nombreux capteurs. Le temps de latence doit aussi être le plus court possible, par exemple pour que le conducteur de secours enclenche le frein de manière instantanée » , détaille Vincent Talon. « Pour nous, la 5G est une assurance supplémentaire concernant notre conformité avec la réglementation.«

L’entrepreneur souligne par ailleurs un autre apport de cette technologie : « Avec la 4G, il y a une coupure d’une fraction de seconde lors du passage d’un relais à un autre. Ce ne sera plus le cas avec la 5G  » Pour son business, Vincent Talon attend surtout que la technologie se perfectionne avec l’arrivée future de la bande 26 GHz ou le network slicing (découpage en tranches du réseau) qui permettra de réserver une partie de la bande passante pour les véhicules autonomes et, ainsi, de déployer une flotte de robots dans une ville. Cette évolution aura lieu vers 2023 en France.

lien aerticle