Depuis ce vendredi 17 septembre 2021, les véhicules autonomes conçus et fabriqués par Twinswheel, une entreprise de Cahors (Lot), sont expérimentés à Montpellier. Ces droïdes peuvent se déplacer sans aide humaine, grâce à des capteurs. Une chronique en partenariat avec ToulÉco Montpellier.

Depuis ce vendredi 17 septembre 2021, les entreprises La Poste et STEF (livraison de produits frais) travaillent, sur Montpellier, avec des véhicules autonomes. Ces droïdes, conçus et fabriqués par l’entreprise Twinswheel, basée à Cahors, dans le Lot, vont les aider à transporter leurs colis. Interview avec Vincent Talon, cofondateur de l’entreprise.

Comment marchent vos véhicules autonomes?

Il y a cinq niveaux de véhicules autonomes. Le niveau zéro, c’est la voiture de M. et Mme Tout le Monde. Le niveau cinq, c’est BB8, dans Star Wars. Nos droïdes sont de niveau quatre, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’opérateur dans le robot. Il avance tout seul grâce à une série de capteurs qui leur permettent d’avoir une perception de l’environnement.

Si le robot détecte un obstacle, il s’arrête. Soit c’est un obstacle temporaire, qui va partir, et donc le robot peut continuer à avancer. Soit c’est un obstacle fixe, et dans ce cas-là, c’est un humain qui va prendre le relais et diriger le robot grâce à une manette. Dans un premier temps, cette personne sera à quelques mètres du robot. Dans un second temps, elle le suivra à distance.

L’avantage de vos robots, c’est qu’ils peuvent transporter des charges lourdes.

Oui, ils peuvent transporter jusqu’à 300 kilos d’objets dans un espace d’un mètre cube. Et ils peuvent transporter soit des objets secs, soit des objets frais, et dans ce cas-là, ils sont équipés de caisses isothermes.

Vous êtes ici, en partie, parce que c’est une volonté politique. Mais est-ce que, expérimenter vos robots à Montpellier et pas dans une autre ville, ça avait un intérêt?

Oui c’est la première fois qu’on expérimente ces robots et c’est à Montpellier que ça se passe! Ça avait un intérêt pour nous car, Montpellier, c’est une immense zone piétonne et nos droïdes ne se déplacent que dans des zones piétonnes. Et jusqu’ici, il y avait peu de villes avec des zones piétonnes aussi importantes. Alors c’est un immense terrain de jeu pour nous!

Vos droïdes sont 100% électriques, ils ne polluent pas du tout?

C’est vrai que les batteries, ça reste un point complexe en terme écologique. Mais on a fait en sorte de fabriquer des robots les plus légers possible pour utiliser les batteries les plus petites possible. On a des batteries de deux kilowattheure. C’est l’équivalent d’un scooter électrique. Nos robots ont une autonomie de 15 kilomètres, ce qui convient à nos clients. Mais si jamais ils ont besoin du double, c’est simple, on ajoute une batterie.

D’autre part, ce qui est très important pour nous, c’est de faire du Made In France pour réduire notre empreinte carbone. Aujourd’hui, 80% de nos matériaux sont issus d’un périmètre de 400 kilomètres autour de Cahors.

L’entreprise Twinswheel a été créée en 2006. À l’origine, elle travaillait dans le secteur de l’automobile et de l’aéronautique. Elle s’est lancée dans les véhicules autonomes en 2016. Elle sort un nouveau robot tous les six mois.

https://www.francebleu.fr/infos/societe/la-nouvelle-eco-les-vehicules-autonomes-de-twinswheel-experimentes-dans-les-rues-montpellieraines-1632143037