Le 17 septembre 2021, la Métropole de Montpellier a présenté le lancement du projet Carreta, véhicule automatisé dédié à la logistique urbaine.

Carreta figure parmi les 16 expérimentations nationales retenues par l’Etat pour évaluer les opportunités de développement de la filière véhicule autonome en France. C’est le seul projet sélectionné au niveau national sur la thématique de la logistique urbaine, avec un financement dans le cadre du programme des investissements d’avenir (PIA) confié à l’ADEME. Le 12 juillet dernier, le Ministère de la Transition écologique et solidaire a donné son feu vert au lancement de cette expérimentation.

Montpellier Méditerranée Métropole s’est entourée de partenaires aux savoir-faire complémentaires pour mener à bien ce projet : TwinswHeel, start-up de la région Occitanie qui conçoit et fabrique les véhicules de logistique à Cahors, CARA, le pôle de compétitivité expert dans le transport collectif de personnes et dans le transport de fret, STEF, leader européen des services de transport et de logistique sous température contrôlée, le Groupe La Poste et enfin Mobis, Mines-Télécom d’Alès, l’Université de Montpellier et la Chaire internationale Cit.Us.

« Montpellier est un territoire d’innovation et de recherche, boosté par sa stratégie de la « Ville intelligente » et ses investissements dans les mobilités décarbonées. Le véhicule autonome ne remplacera jamais le contact humain, mais il peut apporter un nouvel outil précieux pour réduire l’impact des activités logistiques en cœur de ville et structurer de nouvelles filières. » Michaël Delafosse, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole

Les enjeux et objectifs du projet
Face à l’essor croissant des flux de transport de marchandises, les centres urbains sont confrontés à des problèmes majeurs de congestion de l’espace public et de nuisances sonores. L’optimisation de l’espace public et l’accessibilité au centre-ville constituent ainsi des enjeux prégnants.
 
Le projet Carreta vise à tester une solution innovante et durable pour la livraison de marchandises en ville et à évaluer sa maturité et sa pertinence d’un point de vue technologique, environnemental, usuel, économique, social et sociétal. 
 
Ces véhicules automatisés, complémentaires de l’action humaine, sont conçus pour assister les livreurs et les libérer des tâches les plus pénibles ou répétitives (charges lourdes, aller-retours…), afin de leur permettre de se dédier au contact humain.L’expérimentation en trois phases
Durant 36 mois, des petits véhicules électriques autonomes de logistique seront expérimentés sur des missions de livraison.
 
Les cas d’usages portent sur la livraison de colis pour La Poste et la livraison de produits alimentaires frais pour STEF. Les droïdes, à savoir des petits véhicules, vont rouler, dans un premier temps, systématiquement accompagnés d’une personne, dans le quartier d’Antigone, puis dans le cœur historique de Montpellier.
 
Le projet se déroule en 3 phases :La première phase, qui commence dès le 17 septembre, vise à valider l’ensemble des briques technologiques du véhicule logistique autonome pour valider sa sûreté de fonctionnement ainsi que sa fonctionnalité, notamment sa capacité à cartographier, reconnaitre les parcours définis et détecter les possibles obstacles.
La seconde phase, qui débutera en 2022, a pour objet de valider le comportement du véhicule autonome vis-à-vis de son environnement de circulation et sa capacité à répondre aux contraintes opérationnelles relatives aux horaires, routes et autres spécificités des cas d’usages STEF et LA POSTE. Durant ces 2 premières phases, le véhicule roulera à vide dans les rues de Montpellier afin de collecter un maximum de données et d’adapter le comportement du véhicule en fonction du retour d’expérience.
La troisième et dernière phase, consistera en une expérimentation en conditions réelles d’utilisation, le véhicule autonome de logistique transportant les marchandises pour valider sa pertinence pour les cas d’usages identifiés par STEF et LA POSTE.
L’expérimentation permettra d’évaluer l’intérêt et les impacts d’une logistique urbaine automatisée et donc de mesurer l’intérêt sociétal et économique ainsi que l’acceptabilité par les populations de l’utilisation de tels droïdes de logistique.

Une expérimentation encadrée par des chercheurs

De nombreuses évaluations du projet sont réalisées par des laboratoires de recherche, partenaires du projet :

  • La sécurité par Vedecom Institut français de recherche partenariale publique-privée et de formation dédié aux mobilités durables : écologiques, autonomes et partagées
  • Les ODD Operationel Domaine Design (domaine d’opération du robot) atteignables par le CEREMA.  Dans quelles conditions (météo, infrastructure,) le droïde peut-il rouler en sécurité ?
  • L’acceptabilité de service par VEDECOM et la Chaire Citus de l’Université de Montpellier
  • Le comportement des usagers par le CEREMA
  • L’analyse environnement unitaire par l’ENPC et les Mines Alès
  • L’analyse environnementale du service par l’ENPC et les Mines Alès
  • La gouvernance par l’ENPC, VEDECOM et la Chaire Cit.us de l’Université de Montpellier

Budget et calendrier de l’expérimentation

500 000 € de subvention de l’Etat apportée à Twinswheel 
100 000 € de Montpellier Méditerranée Métropole, dont 20 000 € à CARA pour aider à la coordination du projet et 80 000 € pour les laboratoires de recherche 

En raison des conditions sanitaires et de la clarification du cadre réglementaire, le calendrier initial a été décalé, pour un lancement cet automne.

Le droïde

C’est un robot terrestre qui évolue au milieu des humains. La fonction première des droïdes de logistique TwinswHeel est le port de charges lourdes. Ces droïdes viennent seconder les hommes et les femmes afin de leur permettre d’être plus libres dans leurs déplacements.

Les droïdes TwinswHeel sont de taille et formes différentes pouvant porter pour les plus petits des charges jusqu’à 40 kg et pour les plus gros jusqu’à 500 kg. Les droïdes mis en expérimentation à Montpellier, 100% électriques, pèsent 70 kg à vide. Systématiquement accompagnés à quelques mètres de distance d’un conducteur sécurité, les droïdes circulent à faible vitesse (6 km/h, au pas), permettant de garantir la sécurité des trajets.

La logistique urbaine au croisement de la ville intelligente

Montpellier se positionne sur un secteur d’avenir, le véhicule autonome, favorisant ainsi le vivier d’entreprises numériques du territoire spécialisées dans le traitement des données (internet des objets, « big data », analyse décisionnelle, intelligence artificielle, etc.).

En termes d’urbanisme, et de ville de demain, il s’agit d’anticiper l’arrivée des véhicules autonomes et ses conséquences mais également d’envisager les effets en termes sociétaux et sociaux (aide technique apportée et appropriation par les usagers, aide à l’autonomie des personnes en situation de dépendance, réduction de l’accidentologie…).

Les partenaires

Montpellier Méditerranée Métropole coordonne le projet Carreta et apporte son expertise, en s’appuyant sur un écosystème partenarial composé de soutiens institutionnels et d’entreprises innovantes.

Le projet s’inscrit dans le cadre de 2 accords de consortium :

  • Le consortium national SAM (Sécurité et Acceptabilité de la conduite et de la Mobilité autonome) conduit par la plate-forme française automobile (PFA). Le projet SAM regroupe les principaux acteurs du monde de la mobilité en France (PSA, Renault, Keolis, Transdev, RATP, SNCF …)
  • Le consortium à l’échelle locale (3M, CARA, Twinswheel/Soben LA POSTE, STEF)

CARA european cluster for mobility solutions rassemble 230 membres : industriels, opérateurs de transports, centres de recherche et de formation. CARA est labellisé Cluster de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Pôle de Compétitivité et représente la PFA Filière Automobile et Mobilités. CARA assiste 3M dans la coordination du projet et apporte son expertise technique

TWINSWHEEL (25 collaborateurs, 2 millions de CA) est la branche de la société SOBEN spécialisée dans le développement de véhicules autonomes. Son siège social est basé à Cahors. Ses projets, à portée internationale, sont soutenus par la Région Occitanie, par l’intermédiaire d’Ad’ooc.  Twinswheel conçoit, fabrique et exploite les robots-droïdes de logistique.

STEF (16000 collaborateurs, 3 milliards de CA) est le leader européen de la logistique sous température dirigée (transport de produits alimentaires entre -25° et + 15°). STEF aide à la conception des robots et à la définition des cas d’usages. Stef teste les robots.

LA POSTE, la branche service courrier-colis (65 000 facteurs au niveau national). LA POSTE aide à la conception des robots et à la définition des cas d’usages. La Poste teste les robots.

L’ETAT et L’ADEME financent l’expérimentation dans le cadre du programme des investissements d’avenir. 

https://www.entreprendre-montpellier.com/fr/actualites/projet-carreta-la-metropole-experimente