Baptisé Twinswheel (les “roues jumelles”), le petit robot-chariot développé par Soben ne passe pas inaperçu dans les salons professionnels où il fait depuis peu ses premiers pas, ou plutôt ses premiers tours de roues. Une diversification pour cette petite société de 12 salariés installée à Cahors (Lot), et présidée par Benjamin Talon, qui a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros.

Spécialisée dans le développement d’amortisseurs pour l’automobile, Soben réalise aussi des systèmes anti-vibratoires et des trains d’atterrissage pour l’aéronautique. Si le développement industriel et commercial du Twinswheel est porté par Soben, c’est le frère jumeau de Benjamin Talon qui a développé la partie intelligence artificielle du robot. Très compact, il offre un coffre qui supporte jusqu’à 40 kg de charge, encadré de deux grandes roues qui lui permettent de franchir des obstacles jusqu’à 20 cm de haut, en toute autonomie, grâce à des caméras embarquées. Équipé d’un capteur lidar et d’une fonction “suis-moi”, il peut suivre une personne. “Cela en fait un assistant pour de nombreuses applications professionnelles”, précise Benjamin Talon, président de Soben.

Plusieurs grands comptes, parmi lesquels Renault-Nissan, Siemens, SNCF, ont déjà été séduits, pour des utilisations en circuits fermés, sur sites industriels ou tertiaires, notamment pour porter les boîtes à outils des techniciens de maintenance. Avec une autonomie d’une dizaine d’heures et des vitesses de pointe à 30 km/heure, le Twinswheel pourra aussi livrer des colis en ville. Une première présérie d’une dizaine de pièces est programmée pour l’automne 2017, les productions en séries suivront en 2018. L’ambition est d’en commercialiser une centaine sur les deux ans à venir.

lien article