Franprix, une des enseignes de
proximité du groupe Casino CASP.PA en France, va tester en
conditions réelles pendant un an dans le XIIIe arrondissement de
Paris la livraison par un robot, emboîtant le pas à d’autres
distributeurs dans le monde qui se sont lancés dans la course à
l’automatisation.
A Paris, où Amazon AMZN.O dispose depuis 2016 d’un service
de livraison express, Amazon Prime Now, livrer rapidement et
facilement des produits alimentaires est devenu un enjeu
stratégique.
“Ce droïde va faciliter la vie des urbains. Pour nous
spécialistes de la proximité urbaine, le dernier kilomètre est
crucial. C’est ce qui gère la relation client”, déclare
Jean-Paul Mochet, directeur général de Franprix, en référence à
ce service qui sera gratuit.
“On va tester trois droïdes dans ce magasin. On veut faire
de ce test un succès duplicable à l’ensemble des magasins
Franprix”, ajoute-t-il.
L’enseigne s’est associée à la start-up française
TwinswHeel, développeur du robot, pour cette expérimentation qui
a reçu l’autorisation la municipalité.
Le robot, qui n’a pas encore de nom, a la forme d’un petit
engin électrique doté de deux grandes roues. Il peut transporter
30 à 40 kilos de courses sur une distance de 25 km.
Dans le cadre de ces tests, Franprix va dans un premier temps
utiliser le robot en magasin pour effectuer des achats pour les
clients – essentiellement des personnes à mobilité réduite ou
des personnes âgées – et la machine transportera ensuite les
courses à domicile.
Grâce au bouton “Suivez-moi” sur la machine, le robot est
capable d’identifier un client par reconnaissance faciale et de
le suivre en magasin et dans la rue.

CHANGER LA LÉGISLATION
Dans un premier temps, le robot ne pourra pas se déplacer
seul dans la rue et sera accompagné d’un opérateur, a précisé
Franprix, ajoutant n’avoir pas encore reçu les autorisations
nécessaires pour le faire.
Pour qu’une machine se déplace seule dans la rue, il faut
changer la législation, a déclaré Jean-Paul Mochet, en espérant
que cela se produirait bientôt.
Franprix et TwinswHeel espèrent à terme que les
consommateurs pourront commander des produits en ligne ou en
magasin et que le robot les transportera jusqu’à leur domicile
en annonçant son arrivée par un SMS.
Le message comprendra un code permettant aux clients de
déverrouiller le panier du robot et de prendre les marchandises.
Dans les magasins, le personnel pourrait également utiliser
des robots plus gros dans le réassortiment des rayons.
Franprix compte 900 magasins et a réalisé l’an dernier un
chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros. L’enseigne française
n’est pas la seule à tester les robots.
Le géant américain de l’épicerie Kroger KR.N a testé l’an
dernier un système de livraison automatisée en partenariat avec
Nuro, société qui développe des véhicules de livraison sans
chauffeur.
En Angleterre, Tesco TSCO.L et Co-op testent en
partenariat avec Starship Technologies un robot de livraison à
six roues dans la ville de Milton Keynes.

lien article