Fabricant reconnu pour ses amortisseurs dans le transport routier, la PME Soben a diversifié ses activités en 2017 avec la présentation de la marque commerciale TwinswHeel. Celle-ci développe des robots autonomes porte-charges et se prépare à industrialiser sa production dès 2023.

4.000 robots TwinswHeel construits par an en 2023, c’est l’ambitieuse feuille de route affichée par l’entreprise Soben. Fondée en 2005 à Cahors (46), la PME Soben est un fabricant occitan reconnu pour ses amortisseurs dans le transport routier et pour ses trains d’atterrissage dans le secteur aérien. En vue de diversifier les activités de l’entreprise, son dirigeant Benjamin Talon s’est associé à Vincent (son frère, ingénieur en robotique) en 2016 pour développer une nouvelle unité de fabrication destinée aux robots autonomes. Après quelques mois de développement de leurs premiers engins, ils ont présenté la marque commerciale de robots porte-charges à propulsion électrique TwinswHeel au grand public lors d’un salon à Las Vegas en 2017.

La division séduit depuis de grands comptes issus de secteurs diversifiés (automobile, aéronautique, nucléaire…) qui désirent participer aux expérimentations de la société cadurcienne. Le développement des machines, qui s’étale sur six à sept années, est en effet toujours en cours. Deux sites y sont dédiés : l’un à Cahors pour tout ce qui touche à la mécanique et à l’électronique, l’autre à Brignais (69) destiné à l’élaboration de l’intelligence artificielle des robots (la région Occitanie leur a d’ailleurs accordé un Pass Rebond de 200.000 euros pour leurs programmes de recherche et développement dans le domaine).

Désormais au stade de finalisation, les quatre robots de Soben (dont la capacité de charge varie de l’un à l’autre mais pas la conception en elle-même) devraient voir leur production être industrialisée en 2023… Une nouvelle chaîne de production a vu le jour récemment à Fontane, à quelques kilomètres de Cahors, pour l’anticiper. Et en mars 2021, l’entreprise a reçu une enveloppe d’1,2 millions d’euros via le programme France Relance. Une montée en puissance qui devrait coïncider avec l’entrée en vigueur de la réglementation française concernant la libre-circulation des robots autonomes en zone urbaine.

lien :

Lien article