A cheval entre Lyon et Cahors, le créateur de « droïdes » électriques et autonomes Twinswheel vient d’en sortir coup sur coup deux nouveaux, portant sa gamme à quatre engins : les Cithy S, M et L respectivement d’une capacité d’emport de 50, 150 et 300 kg ; et le Factory, destiné aux usines et entrepôts.

Le tout dernier, le L, monocolis, peut assister les personnes en perte d’autonomie en les suivant. Alors qu’une cinquantaine de robots ont été vendus ou sont en test, mais que la circulation en ville de ces objets autonomes n’est pas encore autorisée, Vincent Talon, chez Twinswheel, jette un œil optimiste sur l’avenir. « Avec la piétonnisation des centres-villes, les ZFE, on espère une autorisation pour 2023. ».

Ça tombe bien, c’est en 2023 que l’entreprise espère faire grimper sa capacité de production à 4 000 robots par an. Son usine actuelle n’est dimensionnée que pour un millier d’unités. La montée en puissance passera par des partenariats.

Lien article