Aux Etats-Unis et en Chine, où la réglementation est plus souple, de petits droïdes à roues circulent déjà sur les trottoirs et dans les travées des magasins.

Depuis peu, les habitants de La Motte-Chalançon, village drômois de quelque 400 âmes, n’ont  même plus à sortir de chez eux pour se ravitailler à la supérette. C’est une voiturette robotisée qui leur livre les courses. Elle sillonne les rues du village et contourne les obstacles qui se dressent sur son chemin, en suivant l’itinéraire cartographié dans sa mémoire grâce à une vingtaine de capteurs. « Une fois à destination, il avertit d’un coup de klaxon le client qu’il peut récupérer ses courses », détaille à L’Express l’ingénieur en robotique Vincent Talon, qui a conçu le cerveau de Cithy S, ce cyber–livreur en cours d’expérimentation. Ce droïde est un des trois derniers modèles fabriqués au sein de Soben, entreprise qu’il a cofondée en 2005 avec son frère Benjamin, ingénieur en mécanique et big boss. Spécialisée à l’origine dans la fabrication d’amortisseurs, cette PME basée à
Cahors (Lot) s’est diversifiée en 2016 dans la robotique. Le duo a alors mis au point
sous la marque TwinswHeel une gamme d’engins sans chauffeur, capables de transporter, selon les versions, jusqu’à 600 kilos de marchandises. Les frères Talon prévoient d’en commercialiser 4 000 chaque année, mais pas avant… 2025 ou 2026.