20 minutes : Mini-Postauto-Roboter schleppt Gepäck für Gäste im Wallis

20 minutes : Mini-Postauto-Roboter schleppt Gepäck für Gäste im Wallis

Die Zeit des mühsamen Gepäckschleppens ist vorbei, zumindest für Gäste in Saas Fee VS. Der autofreie Touristenort kämpft seit Jahren mit unzufriedenen Touristinnen und Touristen, die ihr Gepäck bis zum Hotel oder zur Ferienwohnung selbst schleppen müssen. Per Knopfdruck folgt einem der Roboter mit dem Namen Robi auf Schritt und Tritt. Der autonome Gepäckwagen bringt das Gepäck dann bis zum gewünschten Ziel. Dieser ist mit modernster Technik ausgestattet.

vidéo à visualiser :

https://www.20min.ch/video/hightech-roboter-schleppt-kuenftig-gepaeck-fuer-gaeste-im-wallis-263139626368

Swissinfo : Saas Fee teste des robots autonomes pour le transport de bagages

Swissinfo : Saas Fee teste des robots autonomes pour le transport de bagages

Une mini-voiture autonome qui transporte les bagages des touristes entre l’arrêt de bus et l’hôtel: c’est le projet de CarPostal que teste actuellement Saas Fee. Une première en Suisse qui pourrait se concrétiser à l’été 2022. Coût du test: 500’000 francs.

Prénommé Robi, le robot qui ressemble à un mini CarPostal vient attendre “les voyageurs à l’arrêt de transports publics ou devant leur hébergement”, détaillent vendredi la commune de Saas-Fee, la société Saastal Tourismus AG et CarPostal. Il suffit à ces derniers de charger les valises sur le robot, qui les suit pas à pas jusqu’à leur lieu de destination.

L’idée de ce projet est née du constat que “généralement, seule la dernière portion de trajet, autrement dit le dernier kilomètre, comporte quelques lacunes”, soulignent aussi les trois partenaires qui veulent par ce biais également limiter “le nombre de véhicules en circulation”. Si les résultats de ce test sont concluants, la solution Robi pourrait aussi être envisagée dans les centres urbains, par exemple pour le transport des achats.

Soutien d’Innotour

Le projet-pilote comporte deux étapes. Durant la première phase qui se déroule pendant un mois, jusqu’au 19 novembre, le robot sera supervisé par une personne réelle “afin d’assurer la sécurité lors de cette étape expérimentale”. Celle-ci aura aussi pour tâche de présenter cette offre et de recueillir l’avis des usagers l’ayant utilisé. Un seul robot est en service durant la phase-test.

Sur cette base, “la technologie et le modèle commercial seront perfectionnés”. Les trois partenaires visent une mise en fonction du robot dès la saison d’été 2022. Au total, le projet coûte environ 500’000 francs et bénéficie du soutien financier d’Innotour, l’instrument de promotion du tourisme du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

CarPostal, qui a déjà lancé il y a plus de cinq ans des navettes autonomes à Sion notamment, est responsable de l’exploitation et du déroulement opérationnel du projet pilote.

https://www.swissinfo.ch/fre/saas-fee-teste-des-robots-autonomes-pour-le-transport-de-bagages/47049494

Le Nouvelistte : Saas-Fee: voici le robot qui porte les bagages

Le Nouvelistte : Saas-Fee: voici le robot qui porte les bagages

En première suisse, CarPostal teste dans la station haut-valaisanne sans voitures un nouveau robot qui suit les touristes en prenant en charge leurs valises.

Il s’appelle Robi. C’est le premier robot intelligent porteur de bagages de Suisse. Vous pouvez le croiser actuellement à Saas-Fee où il est en période d’essai.

CarPostal explique dans un communiqué que Robi «attend les voyageurs à l’arrêt de transports publics ou devant leur hébergement et les suit pas à pas jusqu’à leur lieu de destination». Pour l’instant, ce service est gratuit.

Un mois d’essai

Pendant un mois, jusqu’au 19 novembre, un humain va accompagner Robi, pour assurer la sécurité, mais aussi pour parler aux hôtes qui fréquentent la station haut-valaisanne sans voiture, pour leur présenter le projet. Le robot va ensuite être amélioré pour pouvoir travailler tout seul durant la saison d’été 2022.

Si Saas-Fee a été choisie, c’est parce que cette station est interdite aux voitures. Les voyageurs qui y arrivent se retrouvent bien dépourvus avec leurs bagages si un hôtel ne leur envoie par une voiturette électrique pour les prendre en charge.

Le projet pourrait être étendu

Si l’essai s’avère concluant, CarPostal prévoit d’étendre l’utilisation de ce robot porteur de bagages à d’autres stations touristiques. L’idée est de supprimer un inconvénient des transports publics, qui délaissent leurs utilisateurs sur les derniers mètres avant l’arrivée à la destination finale.

Robi et ses futurs frères et sœurs pourraient aussi servir dans des centres urbains, par exemple pour le transport des achats.

https://www.lenouvelliste.ch/articles/valais/canton/saas-fee-voici-le-robot-qui-porte-les-bagages-1121587

RTS : A Saas Fee (VS), “Robi” le robot porte tout seul les bagages des touristes

RTS : A Saas Fee (VS), “Robi” le robot porte tout seul les bagages des touristes

Une mini-voiture autonome qui transporte les bagages des touristes entre l’arrêt de bus et l’hôtel: c’est le projet de CarPostal que teste actuellement Saas Fee. Une première en Suisse qui pourrait se concrétiser à l’été 2022. Coût du test: 500’000 francs.

Prénommé Robi, le robot qui ressemble à un mini CarPostal vient attendre “les voyageurs à l’arrêt de transports publics ou devant leur hébergement”, détaillent vendredi la commune de Saas-Fee, la société Saastal Tourismus AG et CarPostal. Il suffit à ces derniers de charger les valises sur le robot, qui les suit pas à pas jusqu’à leur lieu de destination.

L’idée de ce projet est née du constat que “généralement, seule la dernière portion de trajet, autrement dit le dernier kilomètre, comporte quelques lacunes”, soulignent aussi les trois partenaires qui veulent par ce biais également limiter “le nombre de véhicules en circulation”. Si les résultats de ce test sont concluants, la solution Robi pourrait aussi être envisagée dans les centres urbains, par exemple pour le transport des achats.

Soutien d’Innotour

Le projet-pilote comporte deux étapes. Durant la première phase qui se déroule pendant un mois, jusqu’au 19 novembre, le robot sera supervisé par une personne réelle “afin d’assurer la sécurité lors de cette étape expérimentale”. Celle-ci aura aussi pour tâche de présenter cette offre et de recueillir l’avis des usagers l’ayant utilisé. Un seul robot est en service durant la phase-test.

Sur cette base, “la technologie et le modèle commercial seront perfectionnés”. Les trois partenaires visent une mise en fonction du robot dès la saison d’été 2022. Au total, le projet coûte environ 500’000 francs et bénéficie du soutien financier d’Innotour, l’instrument de promotion du tourisme du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

CarPostal, qui a déjà lancé il y a plus de cinq ans des navettes autonomes à Sion notamment, est responsable de l’exploitation et du déroulement opérationnel du projet pilote.

https://www.rts.ch/info/regions/valais/12586175-a-saas-fee-vs-robi-le-robot-porte-tout-seul-les-bagages-des-touristes.html

Blue win : Saas Fee teste des robots autonomes

Blue win : Saas Fee teste des robots autonomes

Une mini-voiture autonome qui transporte les bagages des touristes entre l’arrêt de bus et l’hôtel: c’est le projet de CarPostal que teste actuellement Saas Fee. Une première en Suisse qui pourrait se concrétiser à l’été 2022. Coût du test: 500’000 francs.

Prénommé Robi, le robot qui ressemble à un mini CarPostal vient attendre «les voyageurs à l’arrêt de transports publics ou devant leur hébergement», détaillent vendredi la commune de Saas-Fee, la société Saastal Tourismus AG et CarPostal. Il suffit à ces derniers de charger les valises sur le robot, qui les suit pas à pas jusqu’à leur lieu de destination.

L’idée de ce projet est née du constat que «généralement, seule la dernière portion de trajet, autrement dit le dernier kilomètre, comporte quelques lacunes», soulignent aussi les trois partenaires qui veulent par ce biais également limiter «le nombre de véhicules en circulation». Si les résultats de ce test sont concluants, la solution Robi pourrait aussi être envisagée dans les centres urbains, par exemple pour le transport des achats.

Soutien d’Innotour

Le projet-pilote comporte deux étapes. Durant la première phase qui se déroule pendant un mois, jusqu’au 19 novembre, le robot sera supervisé par une personne réelle «afin d’assurer la sécurité lors de cette étape expérimentale». Celle-ci aura aussi pour tâche de présenter cette offre et de recueillir l’avis des usagers l’ayant utilisé. Un seul robot est en service durant la phase-test.

Sur cette base, «la technologie et le modèle commercial seront perfectionnés». Les trois partenaires visent une mise en fonction du robot dès la saison d’été 2022. Au total, le projet coûte environ 500’000 francs et bénéficie du soutien financier d’Innotour, l’instrument de promotion du tourisme du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

CarPostal, qui a déjà lancé il y a plus de cinq ans des navettes autonomes à Sion notamment, est responsable de l’exploitation et du déroulement opérationnel du projet pilote.

https://www.bluewin.ch/fr/infos/economie/saas-fee-teste-des-robots-autonomes-pour-le-transport-de-bagages-935059.html

La Liberté : Saas Fee teste des robots autonomes pour le transport de bagages

La Liberté : Saas Fee teste des robots autonomes pour le transport de bagages

Une mini-voiture autonome qui transporte les bagages des touristes entre l’arrêt de bus et l’hôtel: c’est le projet de CarPostal que teste actuellement Saas Fee. Une première en Suisse qui pourrait se concrétiser à l’été 2022. Coût du test: 500’000 francs.

Prénommé Robi, le robot qui ressemble à un mini CarPostal vient attendre “les voyageurs à l’arrêt de transports publics ou devant leur hébergement”, détaillent vendredi la commune de Saas-Fee, la société Saastal Tourismus AG et CarPostal. Il suffit à ces derniers de charger les valises sur le robot, qui les suit pas à pas jusqu’à leur lieu de destination.

L’idée de ce projet est née du constat que “généralement, seule la dernière portion de trajet, autrement dit le dernier kilomètre, comporte quelques lacunes”, soulignent aussi les trois partenaires qui veulent par ce biais également limiter “le nombre de véhicules en circulation”. Si les résultats de ce test sont concluants, la solution Robi pourrait aussi être envisagée dans les centres urbains, par exemple pour le transport des achats.

Soutien d’Innotour

Le projet-pilote comporte deux étapes. Durant la première phase qui se déroule pendant un mois, jusqu’au 19 novembre, le robot sera supervisé par une personne réelle “afin d’assurer la sécurité lors de cette étape expérimentale”. Celle-ci aura aussi pour tâche de présenter cette offre et de recueillir l’avis des usagers l’ayant utilisé. Un seul robot est en service durant la phase-test.

Sur cette base, “la technologie et le modèle commercial seront perfectionnés”. Les trois partenaires visent une mise en fonction du robot dès la saison d’été 2022. Au total, le projet coûte environ 500’000 francs et bénéficie du soutien financier d’Innotour, l’instrument de promotion du tourisme du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

CarPostal, qui a déjà lancé il y a plus de cinq ans des navettes autonomes à Sion notamment, est responsable de l’exploitation et du déroulement opérationnel du projet pilote.

https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/saas-fee-teste-des-robots-autonomes-pour-le-transport-de-bagages/622781

France 3 : Après Montpellier, les droïdes Twinswheel du Lot veulent partir à l’assaut des rues de Toulouse

France 3 : Après Montpellier, les droïdes Twinswheel du Lot veulent partir à l’assaut des rues de Toulouse

L’expérimentation des robots autonomes de Twinswheel a commencé courant septembre 2021 à Montpellier (Hérault). Mais l’entreprise basée à Cahors (Lot) souhaite également développer l’essai à Toulouse, en parallèle d’autres projets.

Avec leurs formes colorées, ils ressemblent à d’énormes voitures télécommandées se déplaçant dans les rues de Montpellier (Hérault). Les droïdes Twinswheel ne sont pourtant pas des jouets. Ces robots autonomes, conçus et construits par l’entreprise Soben à Cahors (Lot), sont des bijoux de technologie équipés d’intelligence artificielle. 

Livrer des courses, des repas, porter des charges lourdes

Leur look et leur design sont des moyens de favoriser leur acceptation auprès de la population” explique Benjamin Talon, président de Soben et cofondateur de Twinswheel. Car la société lotoise compte accentuer, dans les prochaines années, la présence dans les rues de France de ces machines intelligentes, dont la mission est d’aider les personnes à transporter des charges lourdes. Les personnes âgées ne pouvant pas aller faire leurs courses chez le commerçant du coin. Les artisans ayant besoin qu’on leur porte leurs outils. Les entreprises pour le déplacement de palettes ou la livraison dans le cadre de tournées dans un petit périmètre n’excèdant pas deux à trois kilomètres.

Aujourd’hui, il est interdit de déployer ces droïdes en France, souligne le chef d’entreprise, seules les expérimentations sont autorisées.” Après Nice (Alpes-Maritimes), les Twinswheel sont déployés pour la Poste à Montpellier (Hérault) pour les trois prochaines années. Mais la société vise également Toulouse (Haute-Garonne). “Nous cherchons des logisticiens qui transportent de l’extérieur vers l’intérieur de la ville comme par exemple le Marché d’intérêt national (MIN) ou qui réalisent des livraisons de repas.” 

Des robots autonomes bientôt présents dans notre quotidien ?

Spécialisé dans les amortisseurs et les trains d’atterrissage, Soben continue avec ces droïdes à se diversifier. Leader européen dans le domaine des robots autonomes, travaillant avec des entreprises comme Enedis, Renault, Framatome, la société fait déjà face à une forte concurrence chinoise et américaine. “Cela peut paraître futuriste, mais ces machines autonomes finiront par être continuellement présentes dans notre quotidien” certifie son patron. 

Plusieurs laboratoires de recherches toulousains, notamment spécialisés dans l’intelligence artificielle, participent au développement de ce projet. Plusieurs Twinswheel doivent ainsi arriver au printemps sur le campus de l’université Paul Sabatier, dans le cadre de l’opération Autocampus visant à le transformer “en campus intelligent, innovant et écologique“. Mais les objectifs des Lotois ne s’arrêtent pas là. Un nouveau partenariat devrait être annoncé avec un important industriel local dans les prochains mois.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/apres-montpellier-les-droides-twinswheel-du-lot-veulent-partir-a-l-assaut-des-rues-de-toulouse-2273413.html